Un deuxième tour de manège

Suite de mon texte : « Les montagnes russes des mutations ».

Le mois de mars approche à grande vitesse, et le fignolage de la planification des mutations bat son plein. Non, nous ne savons toujours pas avec certitude où nous allons, mais tranquillement les pions trouvent leur place sur l’échiquier et comme plusieurs familles nous poursuivons notre balade en manège!

On monte pendant 36 heures vers le ciel :

« l’Italie est à nouveau ouverte, est-ce que toi et ta famille êtes intéressés? »

Pour redescendre à toute vitesse :

« Oublie l’Italie, le grand manitou ne veut pas! »

Jusqu’à ce qu’un responsable du parc d’attractions actionne brusquement le frein :

« Désolé, il n’y a rien à Ottawa, mais il y aurait une position à Halifax! »

Complètement sonné, vous répondez :

« What ?!?!?!? »

Non mais sérieusement :

« What ?!?!?!? »

.

.

.

Pardonnez mon ignorance, mais je ne savais même pas que l’Armée avait des positions en Nouvelle-Écosse! Dans ma tête, cette province était réservée à la marine et les métiers d’appuis. L’idée d’aller plus à l’est ou plus au sud du Nouveau-Brunswick ne m’a même jamais effleuré l’esprit. Pour moi, Gagetown représentait une frontière militairement infranchissable.

Quelle fut ma réaction une fois revenue de ma surprise?

Typique… :

Une micro explosion (raisonnable quand on considère qu’on m’annonçait du même coup je ne visiterais pas le Vésuve cet été!) suivi d’un petit soubresaut de soulagement à l’idée de ne pas mettre les chats en quarantaine ni la roulotte en entreposage… vite remplacé par un : « WO minute ça ressemble à quoi au juste Halifax comme ville et comme communauté? On continue notre descente aux enfers ou on améliore notre sort? » (Ben oui sous le coup de l’émotion j’exagère un peu… Trenton n’est pas SI pire que ça!)…  Pour se terminer 5 minutes plus tard par un « Ça va être super cool, on va pouvoir visiter les Maritimes, faire du camping et manger du homard à volonté! ».

Quand je parle de montagnes russes…

Heureusement le timing était parfait pour tenir une telle conversation téléphonique avec mon Guerrier : j’étais à l’écurie pour accompagner nos filles à leur cours d’équitation… et leur monitrice vient justement de la région d’Halifax, ce que j’ignorais totalement! Elle a donc été témoin de mon tour de manège qui se déroulait heureusement en français (même si grâce à sa réaction j’ai appris que « Tab***** » était un mot compréhensible dans les deux langues officielles du pays), et quand je lui ai expliqué la situation, elle m’a vite rassurée sur notre sort! Elle-même rêve de retourner dans son coin de pays.

Grâce à ma discussion avec notre monitrice, ma conversation avec une autre maman qui rêve d’y être transféré un jour, et surtout après avoir échangé quelques messages textes avec ma sœur de cœur qui a déjà habité à Halifax, qui me connais sous toutes les coutures pouvant ainsi facilement évaluer ma capacité d’adaptation aux Maritimes, j’ai quitté Miron Valley Stable complètement emballée par cette nouvelle option qui s’offre à nous!

Ça fait beaucoup d’émotion en 60 minutes!

Mais rassurez-vous : malgré mon enthousiasme débordant, je me garde quand même une petite réserve. Après tout, il reste encore un mois avant la publication des premiers messages de posting, j’ai donc encore le temps de me faire offrir deux ou trois autres tours de manège!

Mais j’espère sincèrement que ce billet est le dernier, pour que je puisse enfin débarquer du wagon et préparer mes valises!  Parce que croyez-moi, j’adore les montagnes russes! Mais trop, c’est comme pas assez…

À suivre…

Lyne
Maman, spécialiste en finances personnelles, blogueuse.

11 Comments

    1. Merci Odile 🙂 Mais ça fait juste partie de la routine habituelle qui revient tous les deux ans… je pense que c’est stratégique : on fini par être content de la dernière place proposée justement parce que c’est enfin la dernière 😉

  1. Ouf! Pas évident! Ce serait bien que les montagnes russes tombent en panne!! Je vous souhaite que votre destination en soit une qui vous plaise. Tourelou! xx

  2. Un vrai suspense! J’ai hâte de connaître votre prochaine destination! J’avoue que c’est excitant si on prend ça du bon côté. J’aimerais bien connaître les maritimes. 🙂

  3. Quelle sagesse dans votre écriture. C’est apaisant de vous lire, moi qui cherche un lieu pour ma retraite, je ne suis pas aussi sereine.Commencer une nouvelle vie dans un nouvel endroit , encore faut il savoir où, excitant , mais aussi très angoissant, sans doute une question d’âge. J’espère que bientôt vous saurez.

    1. Merci :)) J’avoue que c’est très différent trouver une place pour deux ans, et une « forever home »… Les compromis sont plus faciles à faire, on risque moins de se tromper et, si on le fait, les conséquences sont moins graves.

Laissez un commentaire.

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueueurs aiment cette page :