Un budget aussi doit s’adapter!

Tout le monde sait que pour la majorité des familles de militaire, les déménagements sont pratiquement une routine. Et on sait qu’ils impliquent bien des changements : école, médecin, dentiste, amis, et j’en passe. Et pour chacun d’eux, tous les membres de la famille doivent faire preuve d’adaptation.

Mais il n’y a pas que les adultes ou les enfants qui doivent s’adapter… le budget aussi ! À chaque mutation, le portefeuille familial s’étire un peu ou rétrécit dangereusement.

On sait tous que le coût de la vie varie beaucoup d’une province à l’autre. Mais il n’y a rien comme y être confronté… année après année. Souvent, le premier item qui nous vient en tête est le taux d’imposition. Ce qui fait le bonheur de tous ceux qui quittent le Québec rattrape tous ceux qui y reviennent. La facture à payer en fin d’année est alors très salée (pour les copains qui viennent d’ailleurs, les impôts canadiens sont prélevés directement sur le salaire en fonction de la province de résidence. Par contre, en fin d’année, vous devrez payer en fonction de votre lieu de résidence au 31 décembre – peut  importe le nombre de mois ou même de jours que vous y avez passé ! Donc l’année où vous déménagez, vous aurez cotisé en trop ou pas assez avant votre mutation d’où la dette ou le remboursement d’impôts qui vous attends).

Mais si les impôts sont l’item qui fait le plus souvent mal au cœur (selon l’écart entre les provinces et le salaire, ça peut représenter 7 000 $ à payer !), plusieurs autres postes budgétaires sont affectés. Si séparément ils constituent un petit montant, la facture devient salée dès qu’on les additionne !

Il faut donc s’adapter, réviser le budget et modifier nos habitudes. Celles que nous tenions pour acquises en Ontario par exemple peuvent devenir un luxe dans une autre province comme le Québec ou la Nouvelle-Écosse.

Et c’est là que plusieurs familles s’endettent… Si mettre de côté un montant d’argent pour payer les impôts est un réflexe relativement facile à développer, modifier son train de vie est beaucoup plus difficile. Surtout lorsqu’on n’y est pas préparé. Et si vous ajoutez à ça la perte d’un emploi d’un membre de la famille, ou une période de chômage plus longue que prévu, vous risquez la catastrophe !

Il faut donc vraiment être à son affaire, être très vigilant, se renseigner le plus possible avant de partir et planifier en conséquence.

Parmi les postes budgétaires à surveiller :

  • L’épicerie : en 2013, une étude réalisée pour le compte de la Banque Royale du Canada démontrait qu’au Québec un adulte dépensait 300 $ de plus qu’un Ontarien pour son panier d’épicerie.
  • Les cours ou activités parascolaires des enfants : 97 $ de plus en Nouvelle-Écosse pour un cours d’équitation comparativement à l’Ontario.
  • Les frais de scolarité, tout comme les articles à acheter à la rentrée : zéro en Ontario, 40 $ par enfant en Nouvelle-Écosse, une fortune au Québec. Les écoles catholiques en Ontario sont gratuites alors qu’en Nouvelle-Écosse les seuls frais d’inscription sont de 13 550$ par enfants! (Oui, nos filles fréquentent dorénavant l’école publique!)
  • Les frais d’électricité varient aussi beaucoup d’une province à l’autre.  
  • Le coût du transport : par exemple si vous habitez plus loin de votre travail ou de vos activités régulières, si vous devez payer une route ou un pont, si vous avez des frais de stationnement.
  • Les vêtements si vous passez du sud des États-Unis aux hivers québécois entre autres !
  • Les taxes municipales et scolaires.
  • Les frais de permis de conduire, immatriculation. Il y a le coût, mais aussi le nombre d’années de validité pour le permis ou l’immatriculation.
  • Les frais de vétérinaires et d’enregistrement pour les animaux.

Alors oui, les Forces armées canadiennes paient (de moins en moins !) notre déménagement, pour certaines villes la paye s’ajuste en fonction du coût de la vie (une somme qui semble très aléatoire, peu représentative de la réalité, absente dans certaines régions éprouvées par le coût de la vie), mais encore une fois, ce sont les familles qui doivent encaisser (et généralement débourser) pour s’offrir un minimum de stabilité et de continuité dans leurs habitudes.

Ma formation, ma profession et mon expérience m’ont particulièrement bien préparé à naviguer au travers ces fluctuations du coût de la vie. Mais je ne peux m’empêcher de penser aux jeunes (ou moins jeunes) familles qui en sont à leur première mutation, à celles qui ne soupçonnent pas à quel point l’addition de subtiles différences peut représenter une grosse somme à la fin du mois, ou en fin d’année. Pour plusieurs, le petit coussin qu’ils réussissaient à mettre de côté pour les vacances estivales pourrait être condamné à tout simplement maintenir la tête de la famille hors de l’eau… comme je l’ai observé trop souvent chez des clients qui arrivaient d’une autre province.

Une mutation est une aventure très enrichissante pour toute la famille. Un peu de préparation et surtout l’information pour en faire aussi un succès financier !

🙂

Lyne Desruisseaux
Spécialiste en finances personnelles et rédactrice.

5 Comments

  1. Article intéressant Lyne ! Et qui peut s’appliquer outre ce milieu que vous connaissez bien à d’autres familles d’expatriés …. J’en parlais encore la semaine passée avec une amie « family manager » comme toi et moi. À chaque fois que nos maris nous annoncent une
    Nouvelle destination la crainte monte car les entreprises sont d’une aide de plus en plus faible sur les détails de la relocation. Quel va être le taux d’impôt ? Qui va nous aider à remplir nos feuilles d’impôts, comment souscrire une assurance santé , quel est système éducatif pour nos enfants ? Bref autant de points qui nous prennent une énergie folle et qui » gâchent » un peu notre nouvelle aventure .

    1. Tu as tout a fait raison! Tant que nous ne sommes pas confronté à la réalité, c’est difficile d’imaginer la différence financière que peuvent faire quelques kilomètres… D’où l’importance d’un réseau bien informé!

Laissez un commentaire.

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d bloggers like this: