Retour sur notre weekend de l’Action de grâce 2015

Les gens qui habitent les Maritimes sont reconnus pour leur attitude assez relaxe envers la vie. C’est même ici que l’expression « une heure plus tard dans les Maritimes »* prend un sens tout particulier…

Récemment, je taquinais mon Guerrier en lui disant qu’il s’était TRÈS bien adapté à notre nouveau coin de pays, avant de lui rappeler gentiment tout ce qu’il y avait à faire autour et dans la maison alors qu’il espérait plutôt « profiter » du terrain pour un ixième weekend consécutif.

Vous connaissez le proverbe « On voit la paille dans l’œil de son voisin, mais pas la poutre dans le sien »?

Paraitrait que je me suis très bien adaptée moi aussi…

Je n’ai peut-être pas perdu de temps pour fouiller dans les réserves de bonbons d’Halloween, mais je n’ai encore rien d’écrit sur Lunenburg, notre croisière aux baleines, notre nouvelle vie en Nouvelle-Écosse, ma version revue et corrigée des 9 trucs à connaitre avant de déménager à Halifax, notre weekend de l’Action de grâce… sans oublier notre voyage à Disney et notre seul et unique voyage de camping de l’été 2015!

Et c’est sans compter les 25 idées de sujets que j’aimerais partager avec vous… 

Alors sans plus tarder, voici un premier pas vers ma réhabilitation!

***

Cette année nous avons célébré l’Action de grâce dans ma « belle-famille » –  concept que j’essaie encore d’assimiler. Si je suis habituée (et que j’apprécie énormément) la présence de mon Beau-Papa dans notre vie, je ne suis vraiment pas habituée à une version plus large du clan de mon Guerrier.

Mais grâce à cette « version plus large », nous avons  eu droit à la totale : famille, cousins, cousines, bons vins, bonne bouffe traditionnelle, d’excellents desserts, des jeux et plusieurs conversations. Nous avons passé un bon moment, avec promesse de nous revoir aux Fêtes! Les filles étaient aux anges : elles avaient eu droit à une fête « en-famille-avec-des-cousins ». De mon côté, après cette belle soirée je pensais m’en être sortie plutôt facilement, avec juste un peu de vaisselle à laver, même pas le dixième de ce que je lave habituellement!

Oh que non!

Déjà le vendredi on m’avait ratoureusement demandé si j’allais faire ma dinde quand même. OK, pourquoi pas…? (Ma version est tellement simple : dégeler, laver, mettre au four, servir avec une sauce « en conserve » de St-Hubert).

Deuxième requête : regarder Free Bird en famille devant un bon feu de foyer. OK, pourquoi pas…? Une tradition facile à organiser.

Mais mes filles avaient encore d’autres ambitions… Où était notre Thankful Tree ? Où était notre bricolage traditionnel? Allait-on passer la journée à jouer en famille?

Mettons qu’elles ne se sont pas adaptées aux Maritimes de la même façon que nous! 

Heureusement, j’ai eu un éclair de génie : je leur ai proposé d’aller faire du géocaching afin de profiter du magnifique soleil, des couleurs automnales et d’exprimer notre reconnaissance envers la nature qui nous entoure.

Ma proposition n’a pas soulevé beaucoup d’enthousiasme… Mais bon, c’était ça ou « rien » (argument très convaincant!).

Malgré elles, nos princesses ont fini par prendre plaisir à notre sortie, peut-être un peu grâce aux friandises qu’elles ont savourées après chaque cache trouvée (c’était la première fois que j’achetais ainsi mes filles, une stratégie très efficace que j’ai d’ailleurs reprise le weekend dernier), ou peut-être grâce aux découvertes que notre course au trésor nous a permis de faire :

Géocaching

Heureusement que nous avions eu un « souper-de-famille-avec-des-cousins » afin de sauver la face, car notre journée « à 4 » n’a pas été tout à fait à la hauteur des espérances de notre progéniture. Il n’y a qu’une mère qui peut imaginer s’en sortir en célébrant ailleurs… ou qui peut espérer REMPLACER une tradition par une autre. Non. Comme les sapristies de Beenie Boo, les traditions doivent s’accumuler et non se remplacer!

J »ose espérer que nos enfants retiendront autre chose que ce qu’elles n’ont pas eu en cette journée nationale de la gratitude… J’aimerais qu’elles se souviennent des nombreuses raisons de dire « Merci » qu’elles nous ont énumérées au souper. Et oui, l’une d’elles étaient d’avoir maintenant une « grande » famille. 

De mon côté, cette première expérience de « belle-famille » m’a donné l’occasion de réfléchir sur mes lacunes dans ce domaine : l’effet de l’adoption sur ma façon de voir les connexions entre les membres d’une famille; les conséquences de notre vie d’éternels saltimbanques sur le développement et le maintien des relations,  et le fait que mon Guerrier et moi soyons tous deux enfants uniques. Même si par les liens du mariage je n’en suis plus un, je ne peux m’empêcher de me sentir parfois comme le chien pas de médaille au cœur de la meute.

Pour moi, certaines notions sont nouvelles de par leur réciprocité « innées » : l’entraide spontanée, sans rien attendre en retour; l’attente qu’on participe aux réunions familiales même si nous sommes pratiquement des inconnus; l’acceptation automatique des différents traits de caractère, tout ça au nom du sang ou d’une alliance. Des relations qui ne sont pas basées sur les intérêts ou les atomes crochus, mais sur un arbre généalogique. Ce qui n’en diminue pas le plaisir ou l’amour, bien au contraire.

C’est vrai que ces émotions peuvent se vivre aussi entre amis… mais quand je porte un regard externe de « chien pas de médaille », je note les subtiles différences du clan biologique.

Mais ça, c’est une autre histoire. 😉

__________

*À la télévision de Radio-Canada, les émissions sont diffusées en même temps au Québec et dans les Maritimes malgré un décalage horaire d’une heure entre les deux régions. Par conséquent, lorsque la télé d’État annonce la diffusion d’une émission pour 19 h, par exemple, elle précise toujours « une heure plus tard dans les Maritimes ». Avant de déménager, certaines personnes nous ont confié que « 1 heure plus tard dans les Maritimes » s’appliquait aussi à la rapidité du service dans certains commerces ou via certains professionnels… Je serais portée à leur donner raison… Mais ça, ce sera l’objet d’un futur texte. Peut-être. Si j’ai le temps. 😉

Lyne
Maman, spécialiste en finances personnelles, blogueuse.

2 Comments

  1. Absolutely delightful story of moving and finding instant family and acceptance. Wonderful in translation. Even with little in common, I would follow your blog to read about the many new experiences ahead for you and your family.

Laissez un commentaire.

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueueurs aiment cette page :