La relâche

Une semaine après nos voisins francophones, c’était enfin à notre tour de « tomber » en relâche! Nos plans pour ces vacances printanières? Aller passer quelques jours dans le nord, chez Papy, parce que tout le monde s’ennuyait. OK… parce que JE m’ennuyais de mon Papa… mais je n’étais pas la seule! Les filles avaient hâte de revoir leurs grands-parents alors on s’est dit : « Pourquoi pas? »

Lundi matin, après avoir arrangé une gardienne pour notre triops (et nos deux chats), préparer des carottes râpées et du chou-fleur pour notre triops (et de la bouffe pour nos deux chats), changé l’eau du bassin de notre triops (et la litière de nos deux chats), nous avons enfin pris la route vers Québec… sans pouvoir nous empêcher de nous demander si Cheepy allait survivre à notre absence… (ou à l’appétit féroce de Grizou et Minoune…).

Après nous être remis de nos inquiétudes et laissé le sort de nos animaux entre les mains de notre gardienne, nous avons enfin pu apprécier le début de nos vacances.

Mais un premier choc nous attendait à la frontière du Québec. Mon Amour avait le sentiment de retrouver la civilisation… moi celle de quitter une terre léthargique. L’ampleur de notre réaction, encore une fois au diapason, nous a pris par surprise. J’avais l’impression de « revenir chez nous », émotions que je ne ressentais pas lors de mes visites quand nous vivions aux États-Unis.

Je crois que notre côté latin propre aux Québécois s’ennuie un brin quand il est confronté au flegme ontarien. Oui Kingston est une belle ville, les gens sont polis, civilisés. Mais… tranquilles. Et honnêtement, vivre un mois de novembre qui dure 5 mois ça finit par taper sur les nerfs! Emmenez-moi un -30 et quelques pouces de neige! Ou un mois de juillet qui dure 5 mois!

Je crois qu’il était temps qu’on change d’air… et revenir au Québec nous l’a fait clairement comprendre!

Malgré l’état des routes, les échangeurs montréalais en lambeaux, le manque de civilité général des Québécois, le taux d’imposition exagérément élevé pour la qualité des services, je n’avais jamais été aussi heureuse de rouler sur la 40.

Et ça, avant même de savoir qu’une boutique de chocolat Lindt venait d’ouvrir ses portes à quelques minutes de chez mon père 😉

À suivre….

Lyne
Maman, spécialiste en finances personnelles, blogueuse.

Laissez un commentaire.

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.