Frustration téléphonique

Au début d’une relation avec un Guerrier, lorsqu’il s’absente pour les premières fois, cette merveilleuse invention technologique devient souvent notre « life line »! Dès le départ, on s’enquiert à savoir si les communications seront possibles, à quel rythme et de quelle durée. On organise notre horaire autour des appels. Et on vit avec la peur d’en manquer un.

La scène du film « Black Hawk Down » représente bien notre hantise : manquer l’appel pendant qu’on entre les sacs d’épicerie! Réaliser ensuite qu’on a perdu une occasion par quelques secondes seulement… quelques secondes rendues dramatique dans sa version hollywoodienne (le militaire téléphonait avant de partir pour une mission où il perdra la vie).

Heureusement, avec les cellulaires, nous bénéficions d’une toute nouvelle liberté. Mais l’expérience nous apprend vite que les communications téléphoniques ne sont pas toujours extraordinaires!

Parfois, elles sont trop fréquentes. À raison de 10 minutes par jour, il n’y a pas grand évènements à raconter, et les conditions ne sont jamais favorables à un véritable échange philosophique ou au déballement complet de nos états d’âme.

Souvent, elles sont interrompues… généralement en plein coeur d’une histoire palpitante ou juste comme vous veniez de commencer à vider votre sac de frustration!

Régulièrement, le timing sera mauvais : vous venez de commencer à préparer le souper, un des enfants est en pleine crise existentielle, vous êtes en train de changer le « poo-poo » du siècle ou 15 personnes vous parlent en même temps.

Et généralement, elles causent plus de dommage chez les enfants qu’autre chose. Pour eux, la maxime populaire devrait être réécrite : « Loin des yeux, loin de la mémoire ». Et chaque communication leur rappelle à quel point ils s’ennuient…

L’effet semble répendu… une amie m’avait confirmé qu’elle avait vécu la même chose avec ses enfants. Ce fut également l’un des sujets de discussion lors de notre piquenique de samedi dernier, entre conjointes se préparant à vivre l’Afghanistan. Et une autre blogueuse en a même parlé ici.

Comme plusieurs familles, nous avons donc décidé d’espacer les communications. Les courriels nous permettront de nous informer au quotidien. Et rien n’empêche les conversations téléphoniques une fois les enfants couchés 😉 Car quel plaisir d’entendre la voix de l’être aimé… surtout quand ladite voix est aussi sexy que celle de mon Guerrier 🙂

Lyne
Maman, spécialiste en finances personnelles, blogueuse.

Laissez un commentaire.

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.