Déception…

Finalement, ma grande puce ne pourra pas bénéficier du soutien du Club Mirage pendant l’absence de son Papa. Selon le CFV, comme certains militaires seront déployés une dizaine de jours, alors que d’autres le seront pour plus d’un mois, il serait trop compliqué de mettre sur pied des rencontres pour des enfants qui ne sont pas tous touchés pour une même période de séparation.

Dommage, car j’avais entendu de très bons commentaires sur ce programme. Mais il semble que je sois la seule à avoir manifesté un intérêt pour obtenir du support pendant cet exercice majeur.

Le Club Mirage s’adresse aux enfants qui vivent une absence, quelle qu’elle soit. Certains de nos militaires quittent leurs proches pour de l’entraînement, demeurent à l’extérieur en restriction imposée (quand toute la famille ne souhaite pas être mutée), ou suivent des cours de carrière de plusieurs semaines.

Pour les parents, il est facile de s’outiller pour soutenir nos petits à la maison. Mais parfois, ils ont besoin de parler à d’autres amis qui vivent eux aussi l’absence de leur Papa (ou de leur Maman) et ainsi réaliser qu’ils ne sont pas seuls dans leur situation.

Théoriquement, des groupes devraient « rouler » à l’année! Pourquoi ce manque de participation?

Le CFV a toujours eu d’excellentes initiatives et des services de qualités. Mais est-ce qu’on prend trop au sérieux la mission : répondre à la demande de la communauté? Je suis la seule à avoir manifesté mon intérêt… ça ne veut pas dire que je sois la seule à en avoir besoin… Est-ce que toutes les familles touchées sont au courant de la possibilité de « partir » un groupe?

Si les familles ne sont pas au courant, est-ce parce qu’elles n’ont pas été rejointes au bon moment ou parce qu’elles s’attendent à être prises par la main chaque fois qu’elles pourraient avoir un besoin quelconque?

Ou est-ce que la communauté de Valcartier est particulièrement autonome et que les enfants n’ont finalement aucun problème à vivre l’absence d’un de leurs parents?

Ou encore, est-ce parce qu’ils sont tous en garderie et ont déjà le soutien nécessaire de leur pair?

Le CFV a des services qui méritent d’être connus et utilisés. Et j’ai de la difficulté à croire que je suis la seule Maman avec une petite puce qui pourrait bénéficier du support d’un groupe comme le Club Mirage.

________

Fidèle à moi-même, lorsque l’on me place face à un problème, je suggère des solutions. Ce que j’ai fait hier lorsque l’on m’a informée de la problématique.

Est-ce que l’on doit établir des contacts précis au sein de la chaîne de commandement, afin que les intervenants soient mieux informés des mouvements des unités et qu’ils soient ainsi en mesure de rejoindre directement les familles touchées?

Ou, comme aux États-Unis, doit-on impliquer les conjointes d’officiers supérieurs afin que celles-ci servent d’agent de liaison auprès des familles de leurs unités respectives? Elles savent (via leur conjoint), qui sera touché par un exercice ou une absence… J’admets qu’historiquement, les conjointes québécoises ne s’impliquent pas autant que celles des autres armées, mais est-ce que ça veut dire que ça ne peut pas changer?

Aucune idée. Dans le fond, ce n’est pas mon problème. Afin si, parce que ma fille est privée d’un excellent programme alors que les ressources et les besoins sont là.

Heureusement, je suis personnellement bien entourée et bien organisée pour l’aider à passer au travers.

Lyne
Maman, spécialiste en finances personnelles, blogueuse.

  1. Je ne connais pas le club mirage. Je vais faire une recherche la dessus.Mais lorsque nous avons vécues mes enfants et mois 11 mois de séparation nous avons fait appel au GSD de montréal et nous demeurions a Sherbrooke. nous avons été plusque bien servi.Ils se sont déplacé pour nous et nous on fourni l’aide nécessaire. Et dieu sait qu’on en avait vraiment besoin.Je trouve effectivement dommage que vous n’ayez pas de support .

  2. Je suis sincèrement surprise de la réponse que tu as obtenue. :oPeut-être qu’à Valcartier les gens sont près de leur famille et de leurs amis à la différence de vivre sur une base à plusieurs heures de route en auto ou à vol d’oiseau… Encore là, si les besoins ne sont pas communiqués, ils finissent pas ne pas offrir ce que silencieusement des personnes aimeraient obtenir.Bonne chance!

  3. J’avoue que les problèmes du CFV à obtenir des informations sur les opérations militaires ont toujours été un mystère pour moi. Je ne comprends pas pourquoi quand moi j’y travaillais, je réussissais toujours à être « dans la loop »… et je tiens à préciser que c’était bien avant de connaître mon Amour. Je n’avais donc accès à aucune information privilégiée! Je n’étais qu’une civile, sans aucune connaissance du milieu, qui posait seulement beaucoup de questions… @ Chantal : ne t’inquiètes pas pour ton manque d’info. Je demeure dans les PMQ (souvent la clientèle ciblé pour recevoir de l’info) j’ai une puce qui fréquente le CFV (clientèle cible!) et je suis plutôt débrouillarde pour trouver de l’info (déformation professionnelle) mais j’ai appris l’existence du programme via le blog de LFDM! Est-ce normal?

Laissez un commentaire.

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d bloggers like this: