Résolutions pour 2014

Depuis que nous sommes ensemble, mon Amour et moi aimons célébrer le Nouvel An en amoureux. Longtemps notre rituel fut de préparer notre agenda pour l’année à venir, faire le bilan de l’année qui se termine et dresser nos objectifs pour les prochains 12 mois.

Avec l’arrivée des enfants et notre tournant « zen », nous avions laissé tomber le bilan et les résolutions, mais j’ai toujours conservé le désir de prendre un temps d’arrêt pour faire le point avant d’être à nouveau engouffrée dans le tourbillon de la vie familiale. Cette année, j’ai décidé de m’y remettre! Et voici ma liste :

1. Réfléchir avant d’agir et agir avec intention
Cette année, je souhaite poursuivre sur ma lancée de 2013 et continuer à réfléchir avant d’agir ou avant de m’enthousiasmer pour une nouvelle idée « super géniale » ou un projet « hyper emballant ».

Dans le même esprit, j’offrirai moins de gâteries matérielles (jouets, bonbons, lunchs thématiques) à nos enfants, mais plus de temps pour faire une activité ensemble — leçon apprise du plaisir retiré de notre calendrier de l’avent. Je veux donner moins, mais mieux.

Mais pour atteindre cet objectif, il faudra écouter. Être attentive. Ne pas aller au-devant des besoins ou « assumer » qu’elles en ont un, mais porter attention au comportement des filles et à ce qu’elles exprimeront de différentes façons.

2. Faire preuve de patience et de tolérance…
Arrêter de crier après mes enfants, et intervenir avant d’atteindre ma limite. Les traiter comme j’aurais aimé l’être, m’inspirer de mon père plutôt qu’agir comme ma mère. Je devrai apprendre à respirer, compter jusqu’à 10 et me dire « Ça pourrait être pire, elle pourrait avoir… (insérer ici n’importe quelle catastrophe digne d’un enfant de 5 ou 8 ans) ».

3. Passer plus de temps en famille
Le calendrier de l’avent nous a fait réaliser à quel point ça nous manquait de passer du temps ensemble. Les filles le réclament à hauts cris, et nous étions sincèrement heureux d’être « obligés » de nous arrêter pour faire une activité quotidienne. Sans aller jusqu’à nous imposer une activité par jour, je pense qu’il est temps de reprendre, entre autres, nos « game night » du vendredi soir.

Mais je ne veux pas seulement jouer. Je veux « réaliser » quelque chose, expérimenter. C’est ce que le camping nous permet de faire l’été, et une des raisons pour laquelle nous aimons tant en faire : découvrir de nouveaux parcs provinciaux, explorer des sentiers pédestres, profiter des activités offertes, jouer en famille. Malheureusement, une fois la saison de camping terminée, nous retournons chacun à nos occupations.

À trop se laisser porter par nos envies, on manque des opportunités. Dorénavant, le géocaching, la raquette, le patin, et les activités locales seront au calendrier pour éviter d’y penser trop tard (le dimanche à 16 h par exemple!). Je garderai aussi en banque une activité maison (bricolage, expérimentation) à réaliser si la température ne nous permet pas de faire ces activités extérieures. Bon, je n’envisage pas de mettre sur pied un calendrier digne d’un premier ministre, mais disons qu’une activité planifiée par weekend serait déjà une amélioration.

4. Arrêter de perdre mon temps
Depuis près de 20 ans, avec mon travail où j’ai accompli pendant des années les tâches de 2.5 employés (dixit le service des ressources humaines), avec la course folle d’une famille reconstituée, la naissance de nos filles, mon statut de « maman à la maison » (où j’ai réalisé qu’une maman à la maison travaille plus que 2.5 employés!), les déménagements et tout le reste, j’ai constamment l’impression d’être en déficit de temps pour moi. Résultat : je ressens un besoin irrépressible de me réfugier dans ma bulle à défaut de quoi je deviens vite exaspérée. J’ai cette urgence de sauter sur la moindre occasion de prendre du temps pour moi, qu’il soit de qualité ou non.

Aujourd’hui, avec les filles qui prennent de plus en plus d’indépendance et le travail de mon conjoint qui le rend moins disponible pour nous, je peux me permettre de relâcher un peu. Si jusqu’à présent j’avais besoin de quantité, je souhaite maintenant profiter du temps que j’ai, avoir confiance qu’il est suffisant, et donc de l’utiliser judicieusement. Je veux profiter de chaque occasion sans craindre d’être en déficit quelque part. Je veux m’investir dans un projet sans avoir l’impression qu’il empiète sur mon temps personnel. Remplacer des activités inutiles qui me donnaient l’impression de prendre du temps pour moi et de décrocher (les applications sur iPad ou les &$?% de jeux Facebook) pour m’investir dans une activité plus productive et enrichissante. Et quand je suis avec quelqu’un, je veux vraiment être avec eux sans craindre de manquer de temps pour moi. Finalement, être présente — seule ou accompagnée.

5. Oser
En 2013 je voulais oser. Je l’ai fait, mais pas dans les projets que je souhaitais réaliser. Je crois toutefois que c’était un mal nécessaire pour construire une base solide pour mon prochain saut. J’ai osé dépasser certaines peurs que j’ignorais avoir, jusqu’à ce que je réalise qu’elles m’emprisonnaient. Maintenant, j’ai ce qu’il faut pour poursuivre sur ma lancée.

6. Cuisiner davantage
Me botter le derrière, arrêter d’attendre d’avoir « envie » de le faire, et cuisiner pour enfin manger à mon gout plutôt que me rabattre sur des restos immangeables et finir par perdre ce que nous avions acheté.

7. Lire quotidiennement
Plutôt que jouer à des jeux stupides avant de m’endormir, reprendre mon habitude de lire chaque jour. J’ai déjà toute une liste de prête et je viens de réaliser que je n’ai pas lu tous les livres d’un de mes auteurs préférés.

8. Écrire davantage
Ici et ailleurs. Une résolution que je répète depuis 40 ans… mais cette fois-ci de façon « intentionnelle ».

9. Prendre des photos à « mon » gout
J’en ai déjà pris quelques-unes ces dernières semaines et je veux poursuivre dans cette lancée. Peut-être une nouvelle page Facebook pour les publier… ou non. Mais surtout être authentique dans mes images comme je le suis en écriture. David Du Chemin a mis le doigt sur ce que je souhaitais, un point exprimé un peu plus brutalement par Julie R. Neidlinger :

« I can’t be authentic, be original, be all these « true to self » kinds of existences if I care what you are thinking. (…) The truth is really this : when I care about your opinion, I am not authentic. »

Ce qui est bon avec ces bilans annuels et ces résolutions, c’est de constater le chemin parcouru, réaliser que même si l’objectif à atteindre n’est pas encore là, tout le travail accompli était nécessaire à notre évolution. Neuf résolutions ne sont pas neuf nouveaux projets ou neuf nouvelles habitudes à acquérir, mais neuf étapes successives à celles entamées l’année précédente, neuf pas plus loin, dans la bonne direction.

Sans ce bilan, je sais que j’aurais ressenti une impression d’échec : je n’ai pas atteint les objectifs fixés l’an dernier alors pourquoi recommencer cette année? Mais le temps investi dans cet exercice me permet au contraire de réaliser que je suis sur le bon chemin et je que dois poursuivre en allant encore plus loin.

Si l’arbre n’a pas encore poussé et que les fruits sont encore loin d’être récoltés, je sais que les racines sont là, qu’elles s’étendent et se développent dans une terre fertile. Je n’ai pas à me pardonner de ne pas avoir « encore » atteint mon objectif ou accompli ma résolution, car peu importe ce qui se voit de l’extérieur, à l’intérieur le miracle de la naissance fait son œuvre. En 2014 je ne viserai donc pas la perfection ou l’aboutissement, mais l’évolution.

Oui, je vais probablement encore crier après les filles dans 6 mois, mais j’espère crier de moins en moins. Et peut-être que si elles apprenaient à écouter du premier coup, elles m’aideraient à tenir mes résolutions 😉

Je vous souhaite une merveilleuse année 2014! J’espère qu’elle vous mènera où vous souhaitez aller, un pas à la fois. 🙂

Lyne
Maman, spécialiste en finances personnelles, blogueuse.

11 Comments

  1. j’adore .. vraiment interessant de te lire .. et à méditer .. une idée de livre à lire : J’arrête de raler : un défi perso qui peut servir à beaucoup .. pour le reste .. tu as raison .. moi aussi j’ai besoin de pause pour respirer et prendre des forces …

  2. Programme ambitieux! Mais tu sembles tellement motivée que tu es tout à fait capable de le tenir! Tous mes voeux de bonheur pour 2014!

    1. Merci Virginie! Mes meilleurs voeux à toi également 🙂 Un peu ambitieux c’est vrai… j’espère rester motivée jusqu’à ce que quelques résultats se voient… ce serait encourageant! 😉

  3. ouh la !c’est pas mal….maintenant il va falloir les réaliser et oui, cela ne va pas être simple ! mais voyons le verre a moitié plein, tu as deja fait un bon bout de chemin, elles sont écrites !…alors quelle recette miracle te donner ? pas celle de la Maman qui a une tonne de patience et qui ne crie jamais….car je rale, je rouspète, je pousse de 7h00 du matin a 21h00 le soir….et oui c’est fatigant je compatis !…mais je ne sais pas comment faire autrement ! tu me dis si tu y’a arrive, je te soutiens dans cette aventure…. pour B Werber, j’ai tenté récemment, mais j’ai du mal, il faudrait que je persévère.

    …toujours un vrai plaisir a te lire, Odile

    1. Merci Odile c’est gentil 🙂

      Pour crier… je ne m’attends pas à devenir une maman Caillou (émission pour enfant d’un jeune garçon qui chiâle tout le temps mais dont la mère ne lève jamais le ton et a toujours une voix chantante. Hyper agressante comme émission – interdite chez-nous – et devenu expression courante ici ) – c’est trop loin de ma personnalité et je pense que les enfants doivent aussi apprendre à gérer le fait qu’on puisse leur parler sur un ton autoritaire ou carrément impatient. Mais bon, il y a tout de même place à l’amélioration 😉

      Pour Werber, son livre Les Fourmis m’avait fasciné et par la suite j’ai apprécié les autres… mais comme pour chaque auteur, ça clic ou non 🙂

Laissez un commentaire.

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueueurs aiment cette page :