Sur la route des lacs ontariens — 3

Vendredi 27 juillet 2012 — Bronte Creek

Nous ne sommes qu’à 1 h 30 de Rock Point mais le décor est complètement différent. Notre site est toujours en pleine nature, mais le parc lui, est en plein coeur d’un quartier résidentiel! De plus, il est séparé en deux par l’autoroute et la ville. D’un côté, le parc provincial. De l’autre, les terrains de camping. Heureusement, une fois à l’intérieur des parcs, on oublie rapidement leur localisation un peu particulière.

Apparemment, Bronte Creek fait un peu rire de lui au sein de la confrérie, car il n’a pas de lac ni de rivière, mais une… piscine! Pourtant, même si nous avons évité cet endroit public extrêmement fréquenté, nous avons passé un merveilleux séjour et, encore une fois, nous n’avons pas eu le temps de tout découvrir!

« La bouteille se vide dangereusement. Nous voyons arrivés nos voisins : 4 familles en mode retrouvailles. À gauche : un bébé… Un voyage vers la LCBO la plus près s’impose! »

C’est fou à quel point les gens campent en gang! D’où vient le mythe des petites familles ou des jeunes couples qui arpentent les parcs nationaux en quête de nature? Même dans les parcs provinciaux, le camping représente pour plusieurs une opportunité de rassembler la famille, de virer une brosse entre amis ou de faire prendre l’air au petit dernier qui refuse de faire ses nuits.

« My God Ontarians are loud »

Les vendredis soir en camping sont souvent pénibles et bruyants. Les gens arrivent et sont d’attaque pour le party! Malgré la quantité de Québécois rencontrés dans les parcs nationaux ontariens et même dans un parc américain, une seule constante : les Ontariens sont bruyants! Ils parlent fort et tard! Jusqu’à 2 h 10 du matin…

Heureusement, le samedi ça se tranquillise un peu. Il faut dire que nous en avions discuté avec les Park Ranger. Un policier, de garde 24 h sur le site, n’était vraiment pas impressionné par le comportement des campeurs et nous avait invité à le contacter si nos voisins menaient encore du bruit! Miraculeusement ce soir-là, tout le monde fut tranquille.

Plus tard, nous allions apprendre que la règle dans les parcs c’est le silence dès 23 h. Pas « baisser le ton ». Non! Aucun son ne doit provenir du campground entre 23 h et 7 h! Wow!

 

Samedi 28 juillet 2012

Ce parc est vite devenu un autre coup de coeur! Il est très différent de ceux que nous avons visités jusqu’à présent, mais son caractère éducatif en fait une destination familiale très intéressante.

Du côté campground, des activités sont organisées matin et soir pour les enfants :

— Vendredi soir : identification des oiseaux et étude de leur comportement par le chant et des jeux.

— Samedi matin : découvrir qui étaient les victoriens qui ont habité la région il y a plus de 100 ans.

Les enfants apprennent à transporter de la glace!

Ils pratiquent aussi la coupe d’arbre.

— Dimanche matin : comment devenir un park ranger, comment se préparer à une marche en forêt, apprendre à identifier un arbre et comment protéger la nature.

Comment identifier un arbre.

Les employés sont vraiment sympathiques, mais surtout passionnés par leur travail. Comme à Fort Henry, ils « vivent » ce qu’ils enseignent. Par exemple, les employés qui travaillent au Spruce Lane Farmhouse doivent coudre leurs propres vêtements, fabriquer leurs cordes et étudier l’ère victorienne. Du matin au soir, ils vivent et respirent au rythme de l’époque. Et ça parait! Nous sommes loin des étudiants désabusés que les parents ont poussés à trouver une job d’été! Et leur enthousiasme est contagieux.

Sofia apprend à fabriquer une corde.

« Explore le parc de fond en comble depuis 10 h ce matin… Vannée! Pour souper, deux prérequis : air climatisé et drinks! »

Malgré une journée complète à explorer le Nature Centre, Bruce Lane Farmhouse, la ferme des animaux et l’étable aménagée en playground, nous n’avons pas eu le temps de tout faire! Nous ne sommes même pas sorties du parc pour visiter les différentes chutes et plages de la région.

Audrey suit les traces de notre petit visiteur nocturne!

Le Nature Center pour en apprendre plus sur la faune et la flore des environs.

Audrey se déguise en mouffette!

Une ferme avec des animaux à nourrir et une étable aménagée en playground.

Une maison victorienne transformée en musée interactif.

Un vieux catalogue Eaton!

Une chasse au trésor pour découvrir la vie sur une ferme.

« Première douche au shampoing “Brillance” de Wella Professionals. Deuxième douche au lait démaquillant “Velours” de Clarins. Ma peau aime le camping, mais moi j’ai hâte de penser à apporter mon savon! »

Les douches de ce parc et de ceux que nous visiterons par la suite sont propres et relativement modernes. Pas de rideaux qui pendent ou de salle commune! Des douches privées en céramique. Le ménage est fait 3 à 4 fois par jour. J’avoue, je suis une poule de luxe qui boude habituellement les « facilités » publiques. Mais j’ai pris gout à ces douches où l’espace et l’eau chaude sont de la partie! Et j’ai fini par penser à apporter tout mon « nécessaire » ;)

 

À venir : le lac Huron et la Baie Georgienne!



Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...