Dans 16 dodos nous serons au cœur du merveilleux monde de Disney! C’est court lorsque l’on pense aux familles qui planifient ce type de voyage un an à l’avance, mais c’est long pour des enfants qui ont hâte d’y être! De mon côté, je trouve que ça nous donne juste assez de temps pour nous préparer et bricoler quelques trucs.

En voici quelques-uns :

Un calendrier pour compter le nombre de dodos

Essentiel si vous ne voulez pas répéter 25 fois par jour combien il reste de jours avant d’aller à Disney! J’ai imprimé 4 exemplaires de celui créé par Design by Nicolina. Les filles en ont un dans leur chambre, mon chéri au travail et moi dans la cuisine. Chaque jour, nous barrons une journée grâce à un autocollant… de Disney! Simple, pratique et excitant!

Calendrier Disney


De l’argent Disney

Depuis la réservation de notre voyage, nous remplaçons l’argent de poche par de l’argent Disney, trouvé sur le blogue de Family Ever After. Cette méthode motive nos filles à épargner leur argent, et c’est drôlement plus pratique que trouver chaque semaine de la monnaie pour leur allocation! Une fois sur le site, nous changerons la somme qu’elles auront accumulées par de l’argent américain ou une valeur équivalente sur notre bracelet électronique. 

Argent Disney

Afin de les aider à ramasser plus d’argent, nous avons instauré un plan de récompenses. Comme nos princesses fréquentent une école catholique, nous devons respecter le carême et faire un sacrifice de 40 jours. Mon Amour se prive d’alcool… et moi de dire des gros mots devant les enfants…. Étant donné que nous sommes loin d’être parfaits, chaque fois que Papa décide de prendre un verre de vin, il doit donner 5 $ aux filles. Si je laisse échapper un juron, c’est 1 $ que je leur donne! Pourquoi 5 $ pour l’alcool et 1 $ pour les gros mots? Décider de prendre un verre de vin c’est un acte réfléchi. Lâcher un gros mot c’est plutôt instinctif… moins de temps pour réfléchir et nous retenir! Enfin, c’est mon raisonnement… ;) 

Bricoler un cahier d’autographes

Une amie m’avait donné ce conseil lors d’une visite précédente : bricoler nous-mêmes un calepin pour recueillir les signatures des personnages que l’on rencontre dans les parcs d’attractions. Plus économique que celui que l’on peut acheter sur place, et surtout personnalisé.

Voici la version créée il y a 6 ans : les décorations de la page couverture sont tombées et furent remplacées par Sofia. Ce que je trouvais super intéressant c’est de pouvoir mettre la signature d’un côté, et y joindre une photo de l’autre.

Livre d'autographes version 2009

Samedi, nous avons magasiné le matériel nécessaire et dimanche, nous nous sommes installés pour créer. En plus d’offrir un produit beaucoup plus significatif et de faire un beau souvenir, cette activité aide à patienter et rendre le voyage encore plus concret pour les enfants. Les filles ont adoré l’activité!

Je n’ai pas trouvé une version compacte (enfin oui, mais à 36 $!). J’ai préféré ce sketch book trouvé chez Walmart à 6 $, auquel les filles ont ajouté des collants achetés chez Michaels. J’avoue que j’ai peur de rouspéter de devoir le trainer pendant 4 jours, mais sur le chemin du retour les filles pourront dessiner ou coller autre chose sur les dernières pages : les collants offerts gracieusement dans les hôtels, restaurants, parcs; les tickets ou autres souvenirs. Rendu à la maison, leur livre sera complété et fera un superbe souvenir de leur voyage.

Sketch book

Bricoler notre livre d'autographes

Bricoler son livre d'autographes

J’ai aussi acheté un crayon Sharpie à mine rétractable pour que les personnages puissent signer. J’ai préféré un crayon plus gros, à pointe fine, car certaines mascottes ont de la difficulté à tenir de petit crayon. J’en accroche un au livre, et j’en aurai quelques-uns en réserve dans mon sac.

Sharpie parfait pour les autographes

J’adore voir la personnalité des filles s’exprimer au travers leurs oeuvres!

Livre d'autographes de Sofia

Livre d'autographes d'Audrey

Cette semaine, je m’attaque à la partie « Road trip » et je prépare le matériel nécessaire pour occuper nos deux princesses pendant tout le voyage!

* Pour d’autres idées et trouvailles, Pinterest est une vraie mine d’or. Vous trouverez ici le tableau que j’ai créé spécialement pour notre voyage à Disney.

* Les récits de nos voyages précédent se retrouvent tous sous le tag Disney

Depuis l’adolescence, je porte des lunettes pour corriger ma myopie. Comme tous les ados pris dans cette situation, je me suis souvent fait ridiculiser et « beurrer les lunettes ». J’ai donc rapidement opté pour des verres de contact… à une époque où ils étaient rigides! Ouch… (oui, je suis si vieille que ça…!)

La vue

Cette semaine j’avais rendez-vous chez l’ophtalmologiste et, situation classique, trouvée LA meilleure des professionnelles à quelques mois de notre mutation… Contrairement à mon rendez-vous de l’an dernier (dans une autre clinique), cette fois-ci j’ai eu droit un examen extrêmement détaillé, et surtout des explications sur tous les résultats de mes tests et sur les photographies de l’intérieur de mon œil. Fascinant!

J’ai aussi appris que mon œil était « parfait », contrairement à un œil typique de myope… Et que mes yeux sont en parfaite santé. J’ai surtout réalisé la chance que j’ai de retrouver une vision 20/20, ce qui est rare chez les personnes souffrant d’un degré de myopie aussi sévère que le mien.

Je suis donc très reconnaissante de vivre à une époque où la myopie se corrige facilement, où ce n’est pas un handicap à notre fonctionnement. Même si je n’aime pas particulièrement porter des lunettes, ce pourrait être pire! Et après 5 ans de pause, je reprends le chemin des verres de contact en attendant une possible opération au laser.

Merci pour cette opportunité d’être fonctionnelle, et de pouvoir facilement apprécier toutes les beautés qui nous entourent!

________________________

#52xMerci c’est une photo par semaine pendant 52 semaines dont le sujet doit représenter une raison d’être reconnaissant envers la vie, une raison de dire « Merci ». Consultez ce texte pour connaitre les détails de l’inspiration du projet, et cliquez sur le titre #52xMerci pour connaitre les règles. N’hésitez pas à vous joindre à nous! Il n’est jamais trop tard pour relever le défi et dire « Merci » :)  La liste des participants de la semaine #8 se trouve ici! Laissez-vous inspirer par leur témoignage de gratitude.

Depuis deux ans, j’ai l’impression de vivre en dormance… Comme si cette période de notre vie était réservée à mon Guerrier et que nous n’étions là qu’en soutien. Trenton étant un mal nécessaire pour lui permettre de réaliser un de ses rêves professionnels.

Ou peut-être est-ce une question d’alignement des planètes… peut-être que notre vie avait besoin d’hiberner…

Mais depuis le début 2015, les projets excitants s’accumulent! J’ai l’impression que la période de dormance est terminée, et que c’est à notre tour de « vivre » enfin! (J’exagère un peu… mais à peine!

Après l’annonce surprise de notre mutation à Halifax — une destination beaucoup plus excitante qu’Ottawa — nous préparons maintenant notre voyage à Disney!! Et le timing ne pourrait être mieux choisi…

Cette année, le mois de mars amène avec lui de douloureux souvenirs : la maladie inattendue de mon père, mon séjour à Québec pour l’accompagner dans ses traitements, notre semaine de relâche passée avec lui… et sa mort quelques jours plus tard. Tout ça suivit par la succession à régler, la maison familiale à vendre et surtout, les émotions…

C’est fou à quel point notre corps garde en souvenir des moments, des souvenirs, et nous les ramène après 12 mois… comme si l’espace-temps se mesurait en année. Un rituel dont on se passerait bien.

Un dimanche matin, à l’idée de passer la relâche sous la neige de Trenton, et de continuer à identifier cette période du calendrier scolaire à la lourde perte que nous avons subie, nous avons impulsivement décidé de « sacrer notre camp! » Après avoir étudié différents scénarios, notre choix s’est arrêté sur Disney! En voiture! Oui, pour sauver de l’argent, mais aussi pour être libre, pour le plaisir du road trip, pour savourer encore plus longtemps notre voyage en famille.

Danger!

Quel plaisir de voir le bonheur et l’excitation dans les yeux de nos filles! Quelle satisfaction de pouvoir honorer la promesse que je leur avais faite pendant la maladie de mon père, voulant souligner à quel point elles étaient bonnes, matures et compréhensives pendant cette période difficile. Et quelle joie de remettre enfin les pieds dans cet univers magique!

Ça fait du bien de se concentrer sur un projet aussi excitant en cette période de l’année. J’adore voyager, j’adore partir à l’aventure et j’aime tout autant la partie « planification et organisation » de nos voyages. Cette fois-ci le défi est de taille : occuper nos deux princesses pendant les 21 heures de route requises pour atteindre notre destination! Vive Pinterest qui donne un sérieux coup de main à notre imagination! ;)

Mon Guerrier repart samedi explorer le monde, partant pour la Suède avant de retrouver les grands espaces blancs du Nunavut. À son retour, nous prendrons la route pour notre propre aventure! En attendant, j’aurai de quoi m’occuper en mettant sur pied des stratégies pour faciliter le transport de nos troupes, et maximiser notre temps au pays de Mickey!

Je ne manquerai pas de partager avec vous mes trouvailles… et de vous faire le bilan de ce qui aura marché… ou non.

Ça y’est! Le message est sorti : nous sommes mutés à Halifax en juillet 2015!

Je ne me souviens pas d’avoir été aussi excitée par un posting depuis Fort Benning. Peut-être parce que je n’ai jamais pensé pouvoir être transférée en Nouvelle-Écosse, peut-être parce que c’est complètement nouveau et c’est ce qui m’attire le plus dans nos déménagements, ou peut-être parce que je vais enfin pouvoir explorer autre chose que l’Ontario.

Toute la famille est aussi heureuse et excitée que moi. On croirait presque être muté à l’étranger! ;) Les filles ont hâtes de voir les nouveaux paysages et magasiner une maison. De mon côté, j’ai l’impression de sortir d’une longue torpeur et de reprendre le chemin des découvertes et de l’aventure. L’hiver est interminable, froid et enneigé, mais ça ne m’affecte même pas…

Jusqu’à présent, tout coule naturellement et facilement, contrairement à ce que nous avons déjà connu par le passé :

  • Le message est entré plus tôt que prévu, juste avant le départ de mon Guerrier, ce qui lui permet d’activer maintenant le dossier avec Brookfield plutôt qu’à la fin mars, entre deux avions.
  • Nous avons la meilleure des agents immobiliers qui travaille pour nous et répond à nos mille-et-une questions.
  • Les dates de notre VRD (voyage de recherche de domicile) sont déterminées et ciblées en fonction du marché — contrairement à Kingston où nous avions fait notre VRD en mars, pendant les vacances de mi-tour de mon Amour déployé en Afghanistan, avant que les messages ne soient tous sortis et les maisons mises en vente. Contrairement aussi à Québec où nous n’avions pas eu de VRD car notre Guerrier était parti sur un cours à Quantico.

Avec les deux autres projets en développement (un voyage et l’adoption d’un petit chien), je sens que l’été va arriver plus vite que prévu, et que nous serons bientôt en train de faire des boites! 

Je vais en avoir des choses à partager avec vous! :)

Un thème approprié n’est-ce pas au lendemain de la St-Valentin? Heureusement pour moi, j’ai réussi à capturer l’Homme de ma vie entre deux voyages, 3 pays, 2 états, 3 provinces. Et il s’est gentiment prêté au jeu, même si les conditions n’étaient pas gagnantes.

Mon Amour
Merci à l’Homme de vie pour son amour indéfectible.

Dès notre première rencontre, son sourire, son rire, l’éclat espiègle et délinquant de ses yeux remplis de promesses, m’ont fait craquer. Après bientôt 17 ans, l’effet est toujours là.

Ensemble, nous en avons vécu des aventures et des émotions. Nous en avons relevé des défis, nous nous sommes soutenus dans bien des épreuves, grandes et moins grandes. Et nous sommes toujours là, toujours aussi amoureux et complices. Nous faisons une équipe fantastique, avec chacun nos points forts et nos différences qui nous permettent de canaliser notre potentiel et mater « un peu » notre caractère rebelle.

Ma douce moitié c’est l’Homme de ma vie, mon meilleur ami, mon amour, mon amant, mon confident. Il a toujours été là pour moi, ne m’a jamais laissé tomber et il m’accepte comme je suis — dans mes bons et moins bons moments, avec mes sautes d’humeur ou ma façon de voir la vie qui sort parfois des sentiers battus.

Je suis vraiment reconnaissante d’avoir trouvé un tel homme, de partager avec lui une relation qui nous donne des ailes et nous permets de découvrir le meilleur de nous-mêmes. D’être toujours aussi amoureuse… et aimée.

Merci à mon Guerrier adoré!

________________________

#52xMerci c’est une photo par semaine pendant 52 semaines dont le sujet doit représenter une raison d’être reconnaissant envers la vie, une raison de dire « Merci ». Consultez ce texte pour connaitre les détails de l’inspiration du projet, et cliquez sur le titre #52xMerci pour connaitre les règles.  N’hésitez pas à vous joindre à nous! Il n’est jamais trop tard pour relever le défi et dire “Merci” :)  La liste des participants de la semaine #7 se trouve ici! Laissez-vous inspirer par leur témoignage de gratitude. 

Ironique n’est-ce pas avec le thème de cette semaine du défi #52xMerci? Ah la technologie et notre relation amour/haine…

Mon blogue sera en « maintenance » pour quelques jours… J’avais installé un nouveau thème pour faciliter la navigation et réparer un tas de petits trucs « gossants ». Malheureusement, les nouvelles pages publiées n’apparaissaient pas… situation assez frustrante lorsque l’on administre un défi photographique! Double frustration : le service de soutien du thème en question n’est disponible que la semaine (point important à retenir la prochaine fois que j’achèterai un thème!!!).

Même si j’avais passé une journée complète à le personnaliser, j’ai dû revenir en arrière et installer un vieux thème. Les nouvelles pages sont donc maintenant accessibles (« Yeahhhhh! »), mais la mise en page est toute croche (« F*** !!!!»).

Comme c’est la St-Valentin et que cette journée doit maintenant être consacrée à faire le bonheur des rejetons des amoureux (et non plus souligner l’amour des procréateurs!!), je retourne à mes moussaillons et je tente de réparer le tout mardi… parce que c’est un long weekend en Ontario!

À suivre…

Je ne parle pas beaucoup ou souvent au téléphone (à quelques exceptions près)… en fait, mon iPhone sert rarement de téléphone. Mais chaque jour il me sert de réveil matin, de radio, de liste musicale. J’envoie des messages textes, je « chatte » via messenger, je prends des photos, j’y écris ma liste d’épicerie, je vérifie la météo. Et si je suis prise à attendre quelque part, je m’en sers pour faire le tour des réseaux sociaux, lire mon fil de nouvelle, regarder les nouveautés sur Pinterest ou jouer. Sans compter les coupons-rabais que je peux utiliser directement avec mon appareil, les communications avec les professeurs, le géocaching et la gardienne en voiture ou au resto quand nous décidons de “jaser” un peu plus longtemps.

Comme nous n’avons pas de ligne terrestre, mon iPhone est mon seul lien avec le monde extérieur, avec l’école et mon Guerrier qui est sur la route depuis le début du mois.

La semaine dernière, mon iPhone s’est retrouvé dans la laveuse! Je l’avais oublié dans la poche de mon manteau que j’ai lavé au retour de l’écurie… et ce n’est qu’après qu’il ait passé 5 minutes dans l’eau que j’ai réalisé mon erreur!

Oups… (le mot est faible…)

Il y a 10 ans, vous échappiez votre liste d’épicerie dans l’eau c’était frustrant, mais réparable. Vous échappiez votre radio… un peu plus frustrante, mais toujours réparable. Et même sans radio, vous pouviez continuer à faire de la photo, parler au téléphone, ou rédiger votre liste d’épicerie.

Aujourd’hui, vous échappez votre iPhone dans la laveuse et vous perdez du même coup votre réveil matin, votre système de son, votre radio, votre liste d’épicerie, votre caméra, votre téléphone, votre lien avec la société.

En désespoir de cause, j’ai utilisé le truc « miracle » de le plonger dans un bol de riz et j’ai prié le Dieu de la technologie…

Remède pour iPhone
Remède miracle pour iPhone

4 jours plus tard il ne restait que des traces dans le haut de l’écran et il fonctionnait normalement.

J’adore les nouvelles technologies. J’aime les utiliser à mon avantage et profiter de leur efficacité. Et je suis drôlement reconnaissante que mon iPhone soit « guéri »!

________________________

#52xMerci c’est une photo par semaine pendant 52 semaines dont le sujet doit représenter une raison d’être reconnaissant envers la vie, une raison de dire « Merci ». Consultez ce texte pour connaitre les détails de l’inspiration du projet, et cliquez sur le titre #52xMerci pour connaitre les règles.  N’hésitez pas à vous joindre à nous! Il n’est jamais trop tard pour relever le défi et dire “Merci” :)  La liste des participants de la semaine #6 se trouve ici! Laissez-vous inspirer par leur témoignage de gratitude. 

Le géocaching est un loisir que nous adorons faire en famille, en couple, entre amis ou même en solo. J’adore être dans la nature, mais parfois, marcher pour marcher manque de piquant. Toutefois, si vous avez comme objectif de trouver un trésor alors là, on jase!

Je suis vraiment heureuse de pratiquer ce loisir et reconnaissante pour tous les beaux moments qu’il me permet de partager avec mon Amour, nos filles et nos amis. Il nous fait voir d’un œil différent les régions que nous habitons ou traversons. Grâce à cette activité, nous découvrons de nouveaux parcs, des sentiers pédestres, des pistes cyclables. Et ce qui est fantastique c’est que nous pouvons en faire à l’année! Nous avons pratiqué le géocaching à pied, en vélo et en raquette. Le prochain défi : trouver une cache en kayak! Car oui, certaines sont camouflées dans un cours d’eau!

Géocaching
Vive le géocaching!

 

Cette activité nous donne l’excuse parfaite pour prendre un bon bol d’air frais en ajoutant un aspect ludique à une simple marche. Et si notre projet d’avoir un chien se concrétise, le géocaching risque d’aider grandement ma motivation à mettre le nez dehors pour lui faire prendre sa marche quotidienne!

 

________________________

#52xMerci c’est une photo par semaine pendant 52 semaines dont le sujet doit représenter une raison d’être reconnaissant envers la vie, une raison de dire « Merci ». Consultez ce texte pour connaitre les détails de l’inspiration du projet, et cliquez sur le titre #52xMerci pour connaitre les règles.  N’hésitez pas à vous joindre à nous! Il n’est jamais trop tard pour relever le défi et dire “Merci” :)  La liste des participants de la semaine #5 se trouve ici! Laissez-vous inspirer par leur témoignage de gratitude. 

Suite de mon texte : « Les montagnes russes des mutations ».

Le mois de mars approche à grande vitesse, et le fignolage de la planification des mutations bat son plein. Non, nous ne savons toujours pas avec certitude où nous allons, mais tranquillement les pions trouvent leur place sur l’échiquier et comme plusieurs familles nous poursuivons notre balade en manège!

On monte pendant 36 heures vers le ciel :

« l’Italie est à nouveau ouverte, est-ce que toi et ta famille êtes intéressés? »

Pour redescendre à toute vitesse :

« Oublie l’Italie, le grand manitou ne veut pas! »

Jusqu’à ce qu’un responsable du parc d’attractions actionne brusquement le frein :

« Désolé, il n’y a rien à Ottawa, mais il y aurait une position à Halifax! »

Complètement sonné, vous répondez :

« What ?!?!?!? »

Non mais sérieusement :

« What ?!?!?!? »

.

.

.

Pardonnez mon ignorance, mais je ne savais même pas que l’Armée avait des positions en Nouvelle-Écosse! Dans ma tête, cette province était réservée à la marine et les métiers d’appuis. L’idée d’aller plus à l’est ou plus au sud du Nouveau-Brunswick ne m’a même jamais effleuré l’esprit. Pour moi, Gagetown représentait une frontière militairement infranchissable.

Quelle fut ma réaction une fois revenue de ma surprise?

Typique… :

Une micro explosion (raisonnable quand on considère qu’on m’annonçait du même coup je ne visiterais pas le Vésuve cet été!) suivi d’un petit soubresaut de soulagement à l’idée de ne pas mettre les chats en quarantaine ni la roulotte en entreposage… vite remplacé par un : « WO minute ça ressemble à quoi au juste Halifax comme ville et comme communauté? On continue notre descente aux enfers ou on améliore notre sort? » (Ben oui sous le coup de l’émotion j’exagère un peu… Trenton n’est pas SI pire que ça!)…  Pour se terminer 5 minutes plus tard par un « Ça va être super cool, on va pouvoir visiter les Maritimes, faire du camping et manger du homard à volonté! ».

Quand je parle de montagnes russes…

Heureusement le timing était parfait pour tenir une telle conversation téléphonique avec mon Guerrier : j’étais à l’écurie pour accompagner nos filles à leur cours d’équitation… et leur monitrice vient justement de la région d’Halifax, ce que j’ignorais totalement! Elle a donc été témoin de mon tour de manège qui se déroulait heureusement en français (même si grâce à sa réaction j’ai appris que « Tab***** » était un mot compréhensible dans les deux langues officielles du pays), et quand je lui ai expliqué la situation, elle m’a vite rassurée sur notre sort! Elle-même rêve de retourner dans son coin de pays.

Grâce à ma discussion avec notre monitrice, ma conversation avec une autre maman qui rêve d’y être transféré un jour, et surtout après avoir échangé quelques messages textes avec ma sœur de cœur qui a déjà habité à Halifax, qui me connais sous toutes les coutures pouvant ainsi facilement évaluer ma capacité d’adaptation aux Maritimes, j’ai quitté Miron Valley Stable complètement emballée par cette nouvelle option qui s’offre à nous!

Ça fait beaucoup d’émotion en 60 minutes!

Mais rassurez-vous : malgré mon enthousiasme débordant, je me garde quand même une petite réserve. Après tout, il reste encore un mois avant la publication des premiers messages de posting, j’ai donc encore le temps de me faire offrir deux ou trois autres tours de manège!

Mais j’espère sincèrement que ce billet est le dernier, pour que je puisse enfin débarquer du wagon et préparer mes valises!  Parce que croyez-moi, j’adore les montagnes russes! Mais trop, c’est comme pas assez…

À suivre…

J’adore les After Eights! Depuis quelques mois, le gout du sucre me passe, mais heureusement le chocolat demeure mon péché mignon… et les After Eights restent un classique dont je ne me tanne jamais. Malheureusement, dans mon coin de pays ils sont introuvables en dehors de la période des Fêtes!

Alors quel bonheur quand un ami vient souper à la maison et m’apporte une boite en cadeau alors qu’ils sont disparus des tablettes!

After Eight
Mon péché mignon!

Cette semaine, je suis très reconnaissante d’avoir l’occasion de savourer mes chocolats préférés, mais surtout, j’apprécie la beauté du geste et cette attention toute spéciale qui fait vraiment chaud au cœur! Mon chocolat préféré n’en est que plus savoureux!

________________________

#52xMerci c’est une photo par semaine pendant 52 semaines dont le sujet doit représenter une raison d’être reconnaissant envers la vie, une raison de dire « Merci ». Consultez ce texte pour connaitre les détails de l’inspiration du projet, et cliquez sur le titre #52xMerci pour connaitre les règles.  N’hésitez pas à vous joindre à nous! Il n’est jamais trop tard pour relever le défi et dire “Merci” :)  La liste des participants de la semaine #4 se trouve ici! Laissez-vous inspirer par leur témoignage de gratitude. 

Les enfants interprètent tellement la vie au travers les yeux de leurs parents! Et ils ne se gênent pas pour partager l’origine de leurs convictions, trahissant ainsi les préjugés, les rancunes et les frustrations de leur famille. Les professeurs affirment en savoir long sur nous grâce aux conversations qu’ils ont avec nos touts petits. Mais les confessions de notre progéniture ne sont pas réservées à la cour d’école! Chez leurs amis aussi ils partagent candidement leur opinion, qui nous en apprend beaucoup sur l’image que les parents véhiculent de nous… Et quand ces frustrations sont la première chose qu’un enfant exprime lorsqu’il vient chez vous, visite après visite, ça vous donne une idée de ce qui se dit à porte close.

Récemment, un petit ami a ainsi partagé avec nous « son » avis sur notre situation familiale… avis dont les arguments débordaient royalement des préoccupations enfantines, trahissant ainsi l’origine de son opinion. Nous avons discuté, remis la situation dans son contexte, mais on ne peut effacer le conditionnement parental.

Cette anecdote m’a amenée à réfléchir sur l’impact des conversations que nous avons en présence de nos enfants : un commentaire anodin à nos yeux devient pour eux une vérité absolue. Il suffit parfois d’une seule critique pour que leur réalité soit déformée par nos frustrations que bien souvent nous savons non fondées, mais qu’on exprime à voix haute en quête de défoulement. Si intérieurement nous savons que nous ne sommes peut-être pas tout à fait honnêtes dans notre évaluation de la situation, nos enfants ne sont malheureusement pas témoin de ce discours intérieur. Ils n’entendent pas notre voix silencieuse de la raison… seulement celle du mécontentement qui s’est exprimé à portée d’oreille de nos chers amours!

Au-delà de notre impulsion à vouloir sauver la face en gardant notre commérage pour nous, loin du risque de trahison de nos petits anges, il faut surtout surveiller nos commentaires afin que leur vision du monde ne soit pas davantage teintée par nos préjugés et notre frustration que par nos croyances réelles. Je pense que c’est de notre devoir parental de leur donner les outils pour qu’ils développent leur propre jugement, sans qu’il soit biaisé par notre mauvaise volonté ou notre mécontentement. Ou encore, avant de les utiliser de façon hypocrite pour passer un message (ça arrive aussi parfois!), il faut prendre conscience que c’est leur vision du monde que nous sommes en train de manipuler et influencer.

Je ne sais pas à quel point on peut défaire l’Univers mental que les enfants se construisent à partir de nos commérages… je soupçonne que c’est probablement plus facile de leur donner du matériel positif, respectueux, qui peut être fièrement répété… sans risque pour notre réputation. ;)

Ceux qui me suivent depuis longtemps se souviennent peut-être de ma saga des dernières années chez le dentiste. Sinon vous pouvez trouver tous, mais vraiment tous les détails ici,  ici, ici, ici, ici, ici et ici. Vous verrez, je n’ai visiblement aucune pudeur! Et que l’Univers ne me donne aucun répit mais j’apprends à gérer. La preuve : je photographie les instruments de torture! Mais pourquoi en parler encore? Parce que j’ai presque fini tous les traitements recommandés, parce que vous méritez de connaitre la fin coûteuse heureuse de l’histoire, mais surtout parce qu’en confiant mes craintes et ma situation, j’ai réalisé que je n’étais pas seule dans ce bateau. De nombreuses personnes se retrouvaient en même temps que moi avec les mêmes problèmes et les mêmes peurs. Alors si je vous ai avoué mon angoisse et mes tentatives de fuites aux États-Unis, je me dois de partager aussi ce que je retiens de toute cette aventure!

Ma phobie, ma négligence, nos mutations aux deux ans m’obligeant à changer de professionnels chaque fois, ont fait en sorte que j’étais la candidate parfaite pour financer les futures études du bébé de mon dentiste. Honnêtement, j’ai toujours été plus motivée à trouver une nouvelle succursale de Michaels qu’une clinique dentaire!

Heureusement, en 4 ans, j’ai rattrapé tout le temps perdu! J’ai maintenant toutes mes dents et même sans respecter le plan initial d’un nettoyage toutes les 8 semaines (heu… quelqu’un a vraiment les moyens de payer ça?) il semble que mes gencives soient en parfaite santé et qu’aucun traitement spécial ne soit nécessaire.

Alors maintenant que tout va relativement bien (il me reste trois couronnes à poser…), qu’est-ce que je retiens de toutes ces aventures?

Ne pas négliger la soie dentaire! À.tous.les.jours. C’est vrai que ça fait une différence, et j’en suis venue à vraiment aimer ça. Même quand je me couche à 3 h du matin.

Si on vous dit qu’une situation est irréversible, que vous allez bientôt perdre vos dents, car les gencives ne peuvent plus les retenir, changez de dentiste pour avoir une deuxième opinion! Prenez soin de vos dents, changez quelques habitudes et vous pourriez être surpris du résultat!

Mais ce que je retiens surtout après toutes ces expériences, c’est que ma peur du dentiste n’est pas vraiment reliée à la douleur. Oui, parfois ça fait mal, généralement quand ça dégèle. Mais les Advil sont heureusement très efficaces (surtout avec un verre de vin) et ça finit par passer.

Quand je suis retournée chez le dentiste la semaine dernière parce que j’avais perdu un petit bout d’un vieux plombage, j’ai réalisé que ce qui m’angoisse le plus c’est l’anticipation d’une mauvaise nouvelle. J’ai toujours l’impression que tout va bien et BANG! On découvre un truc, un autre ne fonctionne pas comme prévu ou la situation est plus grave que ce qu’un premier examen laissait entendre! C’est rarement aussi simple que je l’espérais… sauf quand je souffre le martyre, prête à me faire arracher la dent qui me rend si malheureuse, pour finalement découvrir qu’il suffisait d’ajuster le nouveau plombage… sans frais!

La deuxième chose : le jugement. Je sais qu’un spécialiste sait tout de suite si on se passe la soie dentaire ou non (même quel type de soie on utilise!). Mais est-ce qu’un professionnel accompli pourrait suggérer aimablement une modification des habitudes, en expliquant gentiment les conséquences plutôt qu’en critiquant et culpabilisant son client? Je ne connais pas grand monde qui ne se sent pas vulnérable assis dans un fauteuil de dentiste… et encore moins de monde qui aime payer pour se faire « disputer ». Marketing 101.

Donc, maintenant qu’on ne peut plus me blâmer de ne pas passer la soie dentaire, que presque tous les gros travaux de réhabilitation et d’entretien sont faits, j’espère pouvoir traverser la porte d’une clinique en souriant sincèrement, et ressortir sans trembler.

Juste à temps pour trouver une nouvelle clinique, dans une nouvelle ville… avec un personnel aussi chaleureux, empathique et maternant dans un bureau moderne et ensoleillé comme celui que je vais laisser à regret (oui! oui!). Idéalement dans les délais recommandés. ;)

En janvier comme en septembre, je bénis l’existence de l’huile de lavande et les propriétés antipoux qu’elle possèderait! Je ne sais pas si la théorie affirmant que cette huile essentielle appliquée dans les cheveux protègerait contre l’attaque de ces bestioles cauchemardesques… mais je sais qu’elle fait des miracles pour ma paix d’esprit! Et quand on parle de poux, toutes les méthodes sont bonnes pour réduire l’angoisse qui m’envahit au moment d’abandonner mes enfants au cœur d’une jungle parasitaire!

Huile essentielle de lavande
Tellement reconnaissante pour ses propriétés!

Double bonus : ça sent bon! Vive les « remèdes » à l’odeur calmante, que les enfants vous supplient d’utiliser! Une bataille de moins à livrer… ;)

Alors « quelque chose dont je ne pourrais me passer » quand l’école nous fait parvenir la lettre fatidique? L’huile essentielle de lavande! « Merci » pour ses propriétés préventives, qu’elles soient réelles ou non. Jusqu’à présent (je touche du bois), elle nous porte chance!

________________________

#52xMerci c’est une photo par semaine pendant 52 semaines dont le sujet doit représenter une raison d’être reconnaissant envers la vie, une raison de dire « Merci ». Consultez ce texte pour connaitre les détails de l’inspiration du projet, et cliquez sur le titre #52xMerci pour connaitre les règles.  N’hésitez pas à vous joindre à nous! Il n’est jamais trop tard pour relever le défi et dire “Merci” :)  La liste des participants de la semaine #3 se trouve ici! Laissez-vous inspirer par leur témoignage de gratitude. 

Depuis 2 mois, nous sommes en pleine période prémutation. C’est une phase que toutes les familles de militaire vivent à répétition et pour nous, elle revient généralement tous les 2 ou 3 ans. Cette fois-ci nous savons que nous serons mutés à l’été 2015, mais nous attendons encore de savoir où nous déménagerons.

Cette période qui précède la publication des messages de mutation peut être difficile pour les nerfs ou le moral des familles. Certaines personnes vivent durement ces mois d’incertitudes, car souvent nous ne savons pas SI nous serons transférés ou non et, SI nous le sommes, OÙ nous irons. Cette année, nous avons une partie de l’énigme de résolue… reste seulement à connaitre notre destination. 

De mon côté, j’aime bien cette période parce que j’aime avoir l’impression que tout est possible, que la vie nous réserve des surprises et que l’aventure nous attend. Mais je vis aussi des hauts et des bas dignes des plus hautes montagnes russes! C’est en effet une période où les rumeurs, les plans de carrière, les propositions fusent de partout vous faisant parfois réagir au quart de tour!

Cette année par exemple nous sommes passés d’une proposition qui m’a fait grimper dans les rideaux (« Over my ******* dead body! » — réaction instinctive suivi de « Ben on va s’arranger, en profiter pour découvrir les Rocheuses et l’hiver au mois d’aout! »), suivi d’une alternative qui m’a fait rêver pendant tout un weekend (« Ohhhhhh Cool! C’est à 1 h 30 de route de Disney!!! »), mais qui a finalement été refusé par une autre instance des Forces armées, pour nous retrouver aujourd’hui dans le néant avec quelques rumeurs, dont celle d’un retour en arrière plutôt ennuyant (« Bon… j’ai bien fait de garder mon médecin et mon dentiste! ») et celle du cheminement naturel évoqué depuis des lustres pour mon Guerrier (« Wow! T’as vu le prix des maisons?! »).

Avec un peu de chance, les prochaines semaines amèneront une réponse et LA période que j’adore : préparer le déménagement et la réinstallation dans une nouvelle ville!

À suivre ici   :)

Le thème de cette semaine était « Ce qui soigne ou guérit ». L’inspiration était au rendez-vous, plusieurs sujets méritaient d’être exploités, mais à la toute dernière minute un imprévu est venu damer le pion à tous mes plans.

Sofia a vécu une semaine difficile. Rien de grave ou d’irréparable, seulement plein de « petits » trucs qui, en s’accumulant, en viennent à bouleverser le cœur tendre d’un enfant. Peu à peu, des malaises physiques s’installaient, traduisant l’état d’esprit de notre fille ainée. Rien de grave là non plus, mais juste assez pour rendre sa vie moins agréable. Alors vendredi matin, même si elle n’en avait pas encore exprimé le désir, j’ai décidé de la garder à la maison. Parce qu’elle se sentait misérable physiquement et mentalement. Parce qu’elle avait besoin de repos, mais surtout de retrouver la paix. Parce que je voulais lui démontrer mon soutien, mon amour et aussi l’importance de prendre soin de soi, de prendre une pause pour recharger nos batteries, de prendre un peu de recul afin de voir les évènements sous un autre angle. 

« Ce qui soigne ou guérit » est parfois très subtil : savoir que l’on existe pour quelqu’un d’autre, que nous sommes écoutés, entendus, soutenus. Ce qui soigne un cœur d’enfant peut être aussi simple que la présence d’une mère, son écoute, son temps. Nous ouvrons alors la porte aux confidences et aux conversations qui permettent de tout remettre en perspective. Et « ce qui soigne ou guérit » notre cœur, soigne et guérit aussi notre corps.

LE toutou qui guérit
LE toutou qui guérit.

Voir ses yeux retrouver leur éclat, ses joues se rosir et entendre son rire, mais surtout sa reconnaissance quand elle m’a dit au moins 20 fois : « Merci de m’avoir gardée avec toi aujourd’hui sans que je te le demande! ». Je crois que pour elle, toute la différence était là : ne pas avoir à demander ou supplier. Réaliser que même si elle ne disait rien, je « savais », et que son bien-être faisait partie de mes priorités au point de m’en rendre compte avant même qu’elle aborde le sujet. Ce sentiment d’importance qu’il a ranimé chez elle était le remède parfait pour soigner son cœur blessé.

Regard serein
Un regard serein.

Cette semaine, je dis donc « Merci » pour la magnifique journée passée avec ma fille. « Merci » de m’avoir permis de frapper dans le mille en lui offrant cette journée! Je suis reconnaissante et heureuse d’avoir eu l’opportunité de prendre ce temps pour elle, d’avoir eu l’intuition de savoir que c’était exactement ce dont elle avait besoin, et de pouvoir compter sur le soutien de mon Amour qui pensait lui aussi que c’était la meilleure des médecines pour notre grande fille. Mais je suis surtout reconnaissante et heureuse de nous retrouver complices, de savoir que j’ai fait une différence dans sa vie, en prenant tout simplement le temps d’être là pour elle.

« Merci » pour le plus beau rôle que je pouvais rêver d’avoir un jour. « Merci » de m’avoir permis de soigner ma belle princesse.

________________________

#52xMerci c’est une photo par semaine pendant 52 semaines dont le sujet doit représenter une raison d’être reconnaissant envers la vie, une raison de dire « Merci ». Consultez ce texte pour connaitre les détails de l’inspiration du projet, et cliquez sur le titre #52xMerci pour connaitre les règles.  N’hésitez pas à vous joindre à nous! Il n’est jamais trop tard pour relever le défi et dire “Merci” :)  La liste des participants de la semaine #2 se trouve ici! Laissez-vous inspirer par leur témoignage de gratitude.